Je le dis souvent : si j’avais su les difficultés de tous ordres et problèmes quasi permanents que j’ai rencontré, jamais je n’aurai entrepris cette croisade !!!

En 1987, j’adhérais à l’association « Le chat et la Vie », en 1989 j’étais vice- présidente, élue présidente en 1990 et 21 ans après toujours présidente.

En 1995 affiliation à la  Confédération – Défense de l’animal, à Lyon.
Un parcours de petits et grands bonheurs, mais tellement de chagrins, de soucis, de tourments. La plupart du temps, l’abandon est un acte inqualifiable. Hélas, il y a dans la vie des impondérables qui amènent à cette ultime solution: Décès du maître, entrée dans une maison de retraite, allergie d’un enfant…

Les mois passent et les abandons augmentent… En 30 ans, je ne compte plus le nombre de pensionnaires qui sont entrés au refuge,  pour la plupart non stérilisés et des chatons…des chatons!!!

L’angoisse pour moi et l’équipe c’est de gérer, tant médicalement (tests, stérilisations, vaccinations, identifications) que journellement cette vie au refuge ou le facteur temps est important.
Il  faut tranquilliser, amadouer, rassurer, reconquérir tous ces pauvres abandonnés avant de les proposer à l’adoption…

Certains de nos compagnons félins arrivent blessés, meurtris par des mauvais traitements, souvent hélas c’est l’abandon brutal.

Ce sont aussi les âgés, incapables de survivre après le décès de leur maître qui nous angoissent et nous font tant de peine.

À ce coté humain, s’ajoute la gestion proprement dite d’une entreprise avec des salariés, des bénévoles, des dépenses de fonctionnement, d’intendance (charges sociales, frais vétérinaires, nourriture) etc…

Nos recettes sont composées essentiellement d’adhésions, de participations à l’adoption,  de parrainages et heureusement de dons et de legs plus importants.

Il y a  10 ans, la  Spa le Chat et la Vie a eu la chance de bénéficier d’un legs conséquent qui lui a permis d’acquérir la maison de Louvigny, transformée après moult travaux (plomberie, menuiserie, vérandas) en refuge.

À ce jour, plus de 130 pensionnaires y séjournent, ajoutons à cela des dizaines et des dizaines de chatons en famille d’accueil au printemps/été et dans la nursery de notre refuge

Une de nos pièces est transformée en maison de retraite, 45 papis et mamies, chats trop âgés, trop craintifs ou de santé délicate coulent une vie paisible. C’est un choix de mon équipe et moi-même.

Hélas, la source des dons et legs est tarie (nous l’espérons momentanée)

En plus, le nombre des adoptions a considérablement chuté, les charges afférentes à notre belle demeure ne cessent d’augmenter et l’équilibre financier du refuge ne tient plus qu’a un fil…

Nous ne sommes pas un cas unique au niveau des SPA, le même problème se pose pour toutes les petites structures comme la nôtre, la situation est grave mais il faut continuer à avancer pour eux.
Notre priorité, notre combat majeur est de lutter contre la prolifération.

LA SOLUTION EST LA STÉRILISATION

Tous les pensionnaires du refuge, les chatons, les vieux chats, les noirs, les tigrés qui n’ont pas la chance de plaire ont trouvé un havre de paix dans notre refuge. Notre souhait : les accompagner le plus longtemps possible…

Je remercie vivement par le biais de cet éditorial, les fidèles adhérents, les généreux donateurs qui nous aident depuis toutes ces années.

La protection animale est un sacerdoce pour ceux qui la pratique au quotidien et un formidable vecteur pour tous les amis des animaux qui nous soutiennent et nous soutiendront encore (je n’en doute pas).

Nos compagnons à quatre pattes n’ont que nous… que Vous!

Jacqueline BALLAND -Présidente

Editorial de la Présidente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *